17e Festival international du film de Marrakech: De Niro et Scorsese, deux géants sur la scène du FIFM

Le moment le plus attendu du festival, celui de l’hommage de la légende du cinéma mondiale, Robert De Niro, a eu lieu samedi 1er décembre 2018. Une date qui s’est gravée en lettres d’or dans le palmarès du Festival international du film de Marrakech.

Des instants exceptionnels et pleins d’émotion. Ceux qui les ont vécus ne les oublieront pas de sitôt. Il aura fallu que soient réunis deux monstres du cinéma pour les vivre pleinement. Accueilli chaleureusement par le public de l’extérieur, Robert De Niro le fut encore plus par l’assistance de la salle du Palais des Congrès, à travers une ovation interminable pour cet acteur audacieux et téméraire, ayant campé dans sa merveilleuse carrière tous les rôles.
Aucun personnage ne lui faisait peur, avait souligné Martin Scorsese, qui s’est dit ravi de revenir au Festival du film de Marrakech, toujours avec le même bonheur et le même enthousiasme. «Il faut dire que de nos jours, il est difficile d’organiser des festivals de ce calibre. Alors que nous avons grandement besoin de ce genre d’événements cinématographiques pour pouvoir montrer les travaux de cette nouvelle vague de réalisateurs qui ont grandement besoin de notre soutien».

Ph. Saouri
En évoquant son ami De Niro, avec lequel il a 40 ans de complicité, Scorsese a affirmé que celui-ci a plus de sommets que les montagnes de l’Atlas. «C’est un acteur qui crève l’écran. Il s’est constitué une œuvre extraordinaire. En reconnaissance à cette carrière, je suis heureux de lui remettre l’Étoile d’or du festival», renchérit Scorsese. En recevant son trophée, De Niro n’a pas manqué de remercier Sa Majesté le Roi Mohammed VI, S.A.R. le Prince Moulay Rachid et le chaleureux public marocain. «Je suis heureux d’être dans votre pays et parmi vous. Et je félicite Varda, Wright et Ferhati pour l’hommage qu’ils vont recevoir. N’oublions pas que ce festival joue le rôle d’un pont culturel entre les Nations, et ce contre tous xénophobie, égoïsme et discrimination. Car l’art ne connaît pas de frontières, au contraire l’art nous réunit et nous donne l’espoir», précise Robert De Niro à la fin de son allocution. Émouvante soirée d’un festival grandiose.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *