Diplomatie culturelle: Le soft power marocain au Canada

Par Khadija BENHADDOUCH

Montréal  – Vivre-ensemble, partage des valeurs d’hospitalité, de convivialité et d’ouverture sur l’Autre, autant de vertus et de traditions auxquelles la communauté marocaine établie au Canada se donne à cœur joie.
Au-delà des frontières, les artistes, les écrivains et les organismes culturels avec l’appui actif des représentations diplomatiques du Royaume n’ont jamais cessé de faire rayonner la culture et les arts marocains dans le pays nord-américain. Une dynamique qui prend de l’ampleur dans un pays des plus multiculturels d’Occident où le centre culturel Dar Al-Maghreb ne passe pas inaperçu.
Les activités qui en découlent permettent d’accroître la compréhension mutuelle, resserrer les liens entre les deux peuples, établir un climat de confiance en appui aux relations économique et politique.
De l’avis de l’ambassadeur du Maroc à Ottawa Souriya Otmani, la magie de la culture, c’est qu’elle contribue à bâtir des ponts et opérer une meilleure compréhension entre différentes civilisations, religions et sociétés.
“Culture signifie forcément ouverture, partage, communication et dialogue et c’est exactement ce à quoi nous aspirons dans le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui et qui, comme chacun sait, est en proie à de fortes turbulences politiques, économiques, sociales et environnementales”, a-t-elle déclaré à la MAP.
Le Royaume, a ajouté la diplomate, est un pays qui se distingue par sa culture millénaire et par sa diversité et il a de tout temps et tout naturellement privilégié et fait jouer à la diplomatie culturelle un rôle central, révélant au grand jour diverses facettes de sa civilisation au plan international.
SM le Roi Mohammed VI, a-t-elle dit, est un ardent défenseur, protecteur et promoteur de la culture marocaine sous ses multiples facettes et sous son impressionnante diversité ethnique, qu’elle soit arabe, amazighe, africaine, méditerranéenne, hassanie ou encore hébraïque.
Au Canada, la forte présence et le dynamisme de la culture marocaine sont palpables. Il ne se passe pas une semaine ou un mois sans que le centre culturel Dar Al Maghreb à Montréal ou encore les associations marocaines et les membres de la communauté en général, se distinguent par la tenue et la concrétisation de manifestations culturelles d’envergure.
D’un bout à l’autre du Canada, du Québec, en Ontario, en Alberta ou en Colombie Britannique, les Marocains aiment célébrer, festoyer et partager leurs riches traditions culturelles qu’ils préservent et dont ils sont très fiers: cinéma, concerts, folklore, expositions, conférences, peintures, poésie, calligraphie, arts traditionnels, défilés de caftans, gastronomie, cérémonies du thé et du mariage. Ce sont là autant de composantes d’un patrimoine culturel vivant qui sont révélées au grand jour dans les plus pures traditions marocaines de chaleur, de générosité et d’hospitalité, a relevé l’ambassadeur.
La semaine culturelle marocaine organisée fin novembre à Toronto, en partenariat avec le Musée Aga Khan, en est l’illustration à plus d’un titre, a-t-elle souligné, estimant que l’événement qui a remporté un succès retentissant au regard d’une fréquentation massive, tant physique que virtuelle, a mis en vedette le riche patrimoine culturel musulman et juif du Royaume.
“Initié par les institutions diplomatiques du Canada, mais organisé et soutenu par les associations marocaines, tant celles du Québec que de l’Ontario, cet événement fédérateur a prouvé que lorsque la volonté et les énergies fusionnent et que l’esprit positif prévaut, le succès, la réussite et la popularité ne peuvent qu’être au rendez vous”, a dit Mme Otmani.
Autre moment fort de l’année qui s’achève, les deux cérémonies de lever du drapeau marocain en présence de nombreux dignitaires canadiens fédéraux et provinciaux : la première organisée à la mairie de Toronto le 17 novembre et la seconde au parlement de l’Ontario le lendemain, en commémoration de la fête de l’indépendance.
Et comme à l’accoutumée, le Centre Culturel marocain a concocté cette année une panoplie d’événements à connotation culturelle et artistique avec comme devise l’ouverture et le vivre-ensemble. Le tout s’inscrit dans l’esprit d’une stratégie culturelle qui consiste à tisser et resserrer les liens entre les membres de la communauté marocaine et leur pays d’origine ainsi qu’entre celle-ci et les autres communautés culturelles et ethniques basées au Québec et au Canada.
L’agenda 2019 du centre comptait entre autres une cérémonie de signature du livre “Vivre-ensemble au Maroc” des auteurs Moha Ennaji et Jean-Marie Simon, un colloque sur «Le Maroc et le Canada – regards croisés sur deux modèles d’ouverture et de vivre ensemble» et une rencontre sur «L’image de l’Afrique dans les médias» .
Les férus de l’art ont pu savourer une vingtaine d’œuvres d’art de l’artiste peintre Afif Bennani, récipiendaire du Wissam alaouite du mérite national, membre de l’Académie française des arts, sciences et lettres et vice-président de l’Ordre Lafayette-Maroc.
Un hommage a été rendu au septième art marocain lors des Journées du cinéma marocain, avec la participation d’artistes marocains notamment Mohammed Khouyi et Aziz Dadas, à l’initiative de l’Espace maroco-canadien de création et l’Association “Jeunes talents.
Les mélomanes de la musique andalouse ont eu rendez-vous avec une soirée andalouse avec une variété de chansons qui puisent dans le patrimoine andalou-judéo-marocain, en clôture du Festival Séfarade de Montréal (3-17 novembre).
Pour le consul général du Maroc Fouad Kadmiri, ce spectacle hautement symbolique fait partie des initiatives qui contribuent à “la sauvegarde et la valorisation d’un patrimoine immatériel qui nous est très cher”.
Il a dans ce contexte affirmé que “la Haute sollicitude dont SM le Roi Mohammed VI ne cesse d’entourer la communauté marocaine de confession juive établie à l’étranger n’a d’égale que l’attachement du Souverain à la sauvegarde et la valorisation de l’héritage judaïque marocain”. Au Canada, le soft power marocain est bien à l’œuvre.

Loading...