« L’automne des pommiers », grand vainqueur du FNFT

Le film « L’automne des pommiers » de Mohamed Mouftakir a raflé le Grand prix de la 21 ème édition du Festival national du film de Tanger, dans la catégorie des longs-métrages, lors de la cérémonie de clôture qui s’est déroulée samedi soir, dans la somptueuse salle du Roxy.

Ainsi, le Prix du jury est revenu au long-métrage « The Punch » de Mohamed Amine Mounna, qui a également remporté les Prix de la musique et du montage.

Le Prix du meilleur rôle féminin a été décerné à Nisrine Raddi pour le rôle de Samia dans Adam, tandis que le Prix du meilleur rôle masculin a, lui, été remis à Hassan Richiou pour son rôle dans « Oliver Black » de Tawfik Baba.

Le prix de la première œuvre a, pour sa part, été attribué à Alaa Eddine Aljem pour « Le miracle du Saint inconnu », qui a aussi gagné les Prix de la production et du son.

Par ailleurs, le prix du 2ème meilleur rôle féminin a été octroyé à Fatima Zahra Banaceur, Houda Rihani et Fatima Harrandi « Raouia », avec une mention spéciale de la part des membres du jury, pour leur participation au film de Mourad El Khaoudi, « Les portes du Ciel ».

Le prix du 2 ème meilleur rôle masculin est revenu à Modou Mbow pour son interprétation dans « Oliver Black » de Tawfik Baba.

Maryam Touzani est repartie, de son côté, avec les Prix du scénario et de la réalisation, pour son long-métrage « Adam », alors que le prix de l’image a été décerné à « L’automne des pommiers » de Mohamed Mouftakir.

Dans la catégorie des courts-métrages, le Grand prix du court-métrage a été remporté par « Yoon » de Wadii Charrad.

Le Prix du meilleur scénario a été attribué à Yazid El Kadiri pour son court-métrage « Encre ultime », tandis que le prix du jury a été gagné par « Les sentiers de la colère » de Lina Arious. Pour cette catégorie, la mention spéciale du jury a été donnée à « Prague » de Reda Mustafa.

Dans la catégorie des longs-métrages documentaires, c’est Ali Essafi qui est sorti gagnant avec le Grand Prix du documentaire grâce à « Avant le déclin du jour ». « Dans tes yeux, je vois mon pays », de Kamal Hachkar a, lui, été consacré par le Prix spécial du Jury.

En outre, deux mentions spéciales ont été décernées par les membres du Jury dans cette même catégorie. Une première à « Amussu » de Nadir Bouhmouch et une deuxième à « Mères » de Myriam Bakir.

Par la même occasion, les prix des ciné-club remis par la Fédération nationale des ciné-clubs ont été octroyés au long-métrage « L’automne des pommiers » de Mohamed Mouftakir et au court-métrage « Encre ultime » de Yazid El Kadiri.

Les prix de la critique remis par l’Association marocaine des critiques de cinéma, ont été attribués aux films « Ghost of space time » de Karim Tajouaout, dans la catégorie court-métrage, et à « l’Automne des pommiers » de Mohamed Mouftakir dans la catégorie long-métrage, avec une mention spéciale pour le court-métrage de Yazid El Kadiri, « Encre ultime » et pour le long-métrage « Oliver Black » de Tawfik Baba.

Lors de cette cérémonie de clôture, un hommage a été rendu à la cinéaste Farida Bourquia, l’une des premières femmes marocaines à avoir travaillé en tant que réalisatrice, aussi bien pour le cinéma que la télévision.

Un deuxième hommage, tout aussi touchant, a été rendu au comédien Mohamed Razine qui, tout au long de sa carrière, de plus de 40 ans, a été dirigé par de nombreux réalisateurs marocains et étrangers, lui valant le prix de la meilleure interprétation masculine au Festival international du Film de Montgomery aux Etats-Unis.

Le jury de la compétition long-métrage était présidé par Marie Balducchi et composé de l’universitaire marocaine spécialisée dans le cinéma, Leila Charadi, des productrices françaises Marie Gutmann et Martine de Clermont-Tonnerre et des producteurs et réalisateurs Mohamed Zineddaine, Mouhamad Keblawi et Yassine Marco Marrocu.

Le jury de la compétition court-métrage était, quant à lui, mené par le directeur de l’Ecole supérieure des Arts visuels de Marrakech, Vincent Melilli, appuyé par l’auteur, réalisatrice et productrice, Jihane El Bahhar, la comédienne Soumaya Akaaboune, la productrice Sarra Ben Hassen, ainsi que du réalisateur, scénariste, producteur, Raouf Sebbahi.

Concernant la compétition long-métrage documentaire, le jury 100% féminin était représenté par Hind Bensari, Jamila Ouzahir et Claire Chassagne.

Loading...