Covid-19: Trois questions à Khalid Derkaoui, Vice-Doyen de la Faculté des sciences de l’éducation

Le Vice-Doyen de la Faculté des sciences de l’éducation (FSE), relevant de l’Université Mohammed V de Rabat, M. Khalid Derkaoui, décrypte, dans un entretien à la MAP, la décision du ministère de l’Éducation nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de la reprise des cours en présentiel pour tous les élèves en septembre prochain ainsi que les retombées psychologiques d’une telle mesure s’inscrivant dans le cadre des efforts du Royaume pour lutter contre la propagation de la pandémie du coronavirus (Covid-19).

1. Comment évaluez-vous la décision du ministère de tutelle relative à l’année scolaire 2019-2020 ?

Le report du retour en classe des élèves au mois de septembre prochain et la programmation des examens est une décision judicieuse. L’objectif primordial étant d’assurer la sécurité sanitaire des élèves et des étudiants mais aussi du personnel pédagogique, administratif et technique. Cette décision s’inscrit dans le cadre des consultations avec les parties prenantes et des concertations avec les acteurs du système éducatif national. A ce stade, nous saluons l’effort considérable de toutes les composantes de notre système d’éducation et de formation afin de garantir l’enseignement aux apprenants.

2. Suite à cette décision, comment peut-on accompagner ces élèves (psychologie de l’éducation) ?

L’accompagnement psychologique des élèves s’articulera sur trois angles à savoir :

– La famille qui joue un rôle primordial dans la stabilité psychologique de l’enfant. Elle permet de convaincre l’enfant de rester chez lui et de respecter toutes les mesures prises par le gouvernement. L’accompagnement des parents pendant l’enseignement à distance facilite l’apprentissage à travers la résolution de toutes les lacunes qu’ils peuvent rencontrer.

– Les enseignants qui dispensent des enseignements tout en prenant en considération l’état psychologique de leurs élèves et les aident à relever le défi de la peur. Une tâche qui nécessite des capacités pédagogiques mais aussi des compétences méthodologiques. Pour y parvenir, la disponibilité des moyens d’enseignement technologique innovante s’impose pour accomplir leurs missions dans les meilleures conditions.

L’administration pédagogique qui est tenue de mettre à la disposition du personnel pédagogique, tous les moyens nécessaires permettant de garantir la stabilité psychologique des élèves. Dans ces circonstances, apporter de la stabilité psychologique aux élèves est susceptible d’offrir aux chercheurs des opportunités dans des domaine de pédagogie, la didactique des langues, la psychologie et la technologie éducative.

Dans cette perspective, la Faculté des Sciences de l’Education était pionnière en la matière avec la mise en place d’une cellule d’accompagnement psychologique destinée à répondre aux besoins des citoyens marocains, d’une manière générale, et des élèves et étudiants en particulier.

Les premiers résultats de cette initiative s’avèrent très prometteurs et encourageants pour la Faculté des Sciences de l’Education qui cherche à s’ouvrir sur son environnement socio-économique et académique.

3. Y aura-t-il des retombées sur l’apprentissage et l’enseignement des élèves ?

En attendant les résultats de l’évaluation à distance, ne nous pouvons que nous réjouir des efforts considérables déployés par le ministère de tutelle, le personnel pédagogique et les familles des élèves pour réussir ce défi national en cette période de crise sanitaire.

Le dispositif pédagogique, technologique et technique mis en œuvre a permis, dans un temps record, aux élèves de poursuivre leur activité d’apprentissage dans des conditions favorables. Il va permettre, à l’avenir, d’asseoir les bases d’une réflexion sur les plates formes technologiques dédiées à l’enseignement à distance et, par conséquent, de constituer un complément incontournable à l’enseignement en présentiel.

Loading...