Mosquée Sidi Laghlimi, un édifice religieux et historique à Settat

Settat – La mosquée Sidi Laghlimi, du nom du mausolée du Saint à proximité, constitue un chef d’oeuvre architectural et un édifice religieux et historique à Settat.

La mosquée, qui constitue une destination de prédilection pour les fidèles de la province, pour la prière, la lecture du Saint Coran et l’invocation de Dieu, est un édifice religieux séculaire, de par son architecture et ses dépendances ornées de zellige traditionnel et de décorations typiques.

La superficie totale de cette ancienne mosquée dont la construction remonte au 18ème siècle, est de 900 m2, répartie en une salle des prières pour hommes (314 m2) et une autre pour femmes (116 m2), selon une note de présentation de la délégation provinciale des affaires islamiques de Settat.

La capacité d’accueil de cette mosquée, qui donne sur une des principales avenues de la ville de Settat, à savoir l’avenue Hassan II au centre de la ville, s’élève à plus de 500 fidèles.

Dans ce contexte, Mohamed Jaadaoui, responsable à la délégation provinciale des affaires islamiques de Settat, a indiqué, dans une déclaration à la MAP, que cet édifice religieux, qui a fait débat sur la date de sa construction remontant au 18 ème siècle, jouit d’un emplacement distingué dans la capitale de la Chaouia.

Cette mosquée, qui jouxte le saint Sidi Laghlimi et le monument historique la Kasbah Ismaïlia, fait partie d’un riche patrimoine culturel et spirituel de Settat, a-t-il dit, notant qu’elle est devenue une destination de choix des fidèles et pieux à la recherche de quiétude et de sérénité.

M. Jaadaoui a précisé que l’appellation de la mosquée vient du nom de Sidi Laghlimi, du fait de sa proximité du mausolée de ce saint, originaire de la région de Regraga, près de la ville d’Essaouira, notant que cet homme sage, ascétique et mystique s’est installé dans la ville de Settat où il a construit une modeste maison et s’est consacré à l’adoration de Dieu.

Citant des chercheurs, il a indiqué que le mausolée est le premier témoin de l’installation humaine dans la capitale de la Chaouia, relevant que ce saint est devenu un important symbole de la ville, vu qu’il a accompli un rôle important dans la diffusion des préceptes et des valeurs de l’Islam en tant qu’Imam qui dirigeait la prière des vendredis.

La mosquée Sidi Laghlimi, qui a été rénovée en 2007 par le ministère des Habous et des affaires islamiques, organise plusieurs activités religieuses, culturelles et scientifiques, et abrite des conférences et rencontres organisées par le conseil des oulema, a-t-il conclu.

Loading...