BERKANE: ARRESTATION D’UN CHARLATAN QUI DROGUAIT, VIOLAIT ET FILMAIT SES VICTIMES

Un charlatan a été arrêté à Berkane pour avoir abusé de femmes malades qui venaient le consulter. Le prétendu guérisseur recevait, dans son appartement, des femmes qu’il droguait, violait et filmait avant de les faire chanter.

La ville de Berkane a été secouée par un véritable scandale, suite à l’hospitalisation d’un charlatan qui prétendait guérir par le Coran (Rukya). L’homme, gravement blessé, a été transporté d’urgence à l’hôpital. Il s’est avéré, par la suite, qu’il avait été agressé par les deux frères d’une fille à laquelle il avait fait croire qu’il était capable de soigner sa dépression. Il a profité de sa crédulité pour la droguer et la violer, allant jusqu’à filmer la scène avec son téléphone portable.

Avisée, la police a entamé des investigations pour découvrir que le «fqih» avait fait chanter une quinzaine de femmes originaires de différentes villes. Face au scandale qu’a suscité cette affaire dans une ville connue, de surcroît, pour son conservatisme, le procureur général du roi d’Oujda a supervisé personnellement ce dossier. Sachant que la propagation de ces vidéos peut causer beaucoup de mal aux victimes, le magistrat a confié cette affaire à la brigade de la sûreté d’Oujda qui a saisi tous les CD trouvés dans la maison du charlatan.

Le quotidien Assabah rapporte, dans son édition du vendredi 7 décembre, que le procureur du roi a ordonné l’incarcération de l’accusé dans la prison locale d’Oujda. Ce dernier est poursuivi pour escroquerie, fraude, viol, rapports sexuels illégitimes et détention de photos et de vidéos indécentes de femmes venues le consulter. Les premières investigations ont révélé que le mis en cause était un immigré qui vivait en Belgique et qui s’est installé dans un appartement à Berkane. Il s’y adonnait à la pratique de la guérison par la Rukya alors qu’il ne maîtrise ni le Coran, ni les sciences de la Chariâa. Des révélations qui ont choqué les enquêteurs qui craignent que l’accusé ne se soit servi de la «Rukya» pour couvrir un trafic de vidéos pornographiques vers l’Europe.

L’accusé a profité du désarroi de femmes malades pour les droguer, les déshabiller et les violer tout en filmant ses actes sadiques. Et le calvaire de ces femmes ne faisait que commencer, cet homme pervers les ayant ensuite fait chanter, les menaçant de publier les vidéos si elles refusaient de continuer à avoir des rapports sexuels avec lui. Aucune de ses victimes n’a eu le courage de porter plainte contre lui, de peur du scandale. Une seule fille a pu briser le mur de silence après avoir subi, elle aussi, les sévices de cet homme malade qui a profité de sa dépression nerveuse pour la mettre sous son joug. Quand elle a découvert qu’il l’avait violée, elle a voulu informer la police, mais le faux guérisseur l’a menacée de publier les vidéos. Lasse d’être acculée à satisfaire ses pulsions sexuelles, elle a fini par informer sa famille. Très remontés, ses deux frères se sont dirigés vers l’appartement du charlatan auquel ils ont fait subir une sérieuse bastonnade. C’est cette agression qui a mis la puce à l’oreille des policiers qui ont fini par découvrir les perversions sexuelles du faux «fqih».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *