Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita a rappelé, à Washington, pour qui «l'Afrique doit figurer en tête des priorités de l’agenda de la Coalition mondiale anti-Daesh»

Bourita : l’Afrique doit figurer en tête des priorités de l’agenda de la Coalition mondiale anti-Daesh

Le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Nasser Bourita, a mis en exergue, mercredi à Washington, le rôle «essentiel» joué par le Maroc au sein de la Coalition mondiale anti-Daesh, fort en cela d’une expérience nationale ayant démontré, grâce à la vision de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, toute sa pertinence et son efficacité en matière de lutte contre le fléau du terrorisme.

Dans une déclaration à la presse à l’issue de sa participation à la Réunion ministérielle de la Coalition mondiale anti-Daesh, Nasser Bourita a affirmé que ce «conclave international a pu aboutir à des résultats positifs grâce à la conjugaison des efforts déployés par les pays membres et tout particulièrement le rôle joué par le gouvernement irakien», en précisant que cette dynamique a eu pour conséquence d’infliger à Daesh des pertes à hauteur de 80% de ses combattants, 86% de son arsenal et 90% des territoires que contrôlait ce groupe terroriste en Irak et en Syrie.

En dépit de ses résultats probants, le ministre a, néanmoins, insisté qu’il reste encore des défis à relever, en faisant observer que des groupes terroristes affiliés à Daesh demeurent toujours actifs en Afrique du Nord et en Afrique sub-saharienne et changent constamment le modus operandi qui était le leur en Irak et en Syrie.

Parmi ces défis, a-t-il ajouté, figure également les tentatives de Daesh d’élargir son empreinte en Afrique, rappelant que le Maroc avait abrité, au mois de juin dernier, une réunion consacrée à l’Afrique et à l’examen des voies et moyens permettant un meilleur déploiement de la Coalition mondiale de anti-Daesh dans le continent.

«Il en est ressorti de cette réunion une nécessité impérieuse d’aider et de soutenir les pays africains à consolider leurs capacités à assurer la protection de leurs frontières et à faire face au terrorisme et à l’extrémisme violent», a rappelé le ministre pour qui «l’Afrique doit figurer en tête des priorités de l’agenda de la Coalition mondiale anti-Daesh».

Dans la même veine, Nasser Bourita a souligné que toute stratégie efficiente de lutte contre Daesh doit impérativement tenir compte de son discours funeste et de l’utilisation de technologies ultra-moderne pour le disséminer, notant que «le Maroc dispose, dans ce cadre, d’une grande expérience en matière de formation des imams au profit de plusieurs pays au sein de l’Institut Mohammed VI de formation des imams, des morchidines et morchidates, et des programmes de déradicalisation dans les prisons, auxquels s’ajoute une stratégie judicieuse visant la déconstruction méthodique du discours et de la propagande de Daesh.

Il a, en outre, souligné la nécessité de mettre en place un arsenal juridique permettant de poursuivre les terroristes pour crimes contre l’humanité perpétrés dans certaines parties du monde.

Par ailleurs, Nasser Bourita a indiqué que sa visite à Washington a été l’occasion de s’entretenir avec des responsables de l’Administration Trump, dont le Secrétaire d’Etat, Michael Pompeo, avec lequel il a examiné l’évolution des relations bilatérales et les actions positives dans le cadre de la première session du groupe de travail Afrique relavant du Dialogue stratégique Maroc – Etats-Unis, ainsi que la concertation au sujet de questions régionales liées à l’Amérique latine, au Moyen-Orient, à l’Afrique du Nord et au Sahel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up