Casablanca: un colloque sur la résistance met en évidence le lien entre histoire et mémoire

Casablanca – Les participants à un colloque sur la résistance, organisé à Casablanca, ont mis en évidence le rapport existant entre histoire et mémoire et la nécessité de mettre ce lien à profit pour produire des connaissances liées à la résistance et au mouvement de libération nationale.

Étendre le champ de la documentation relative à l’héritage des résistants et la diffusion de ses valeurs est de nature à contribuer à éclairer les jeunes sur la voie du développement économique et culturelle, ont-ils souligné lors de cette rencontre organisée, vendredi et samedi, sous le Haut patronage de SM le Roi, sur ”la réalité des résistances et du mouvement marocain de libération, entre mémoire et histoire’’,

Lors de la séance d’ouverture de cette rencontre initiée par le Haut Commissariat aux Anciens Résistants et Membres de l’Armée de libération et l’Académie du Royaume du Maroc, les intervenants ont fait observer que l’analyse de ce patrimoine, son étude et la mise en évidence de ses manifestations et ses constantes pourraient également consolider une culture d’engagement vis-à-vis de la défense de l’intégrité territoriale du pays.

Dans son intervention, Abdeljalil Lahjamri, secrétaire perpétuel de l’Académie du Royaume du Maroc, a noté que l’emploi, dans ce cadre, de ‘’résistances nationales’’ renvoie à une série d’événements et de gloires qui rappellent les sacrifices consentis pour défendre l’intégrité territoriale du pays chaque fois que des forces étrangères tentaient de porter atteinte à la dignité du Maroc.

Célébrer ces résistances, à travers la fouille dans la passé et dans la mémoire, est une consécration de la culture de la reconnaissance et du sens de responsabilité vis-à-vis de ce qui avait été réalisé dans le passé, a-t-il ajouté, estimant qu’il s’agit, en principe, de faire émerger une prise de conscience équilibrée alliant histoire et mémoire.

Après avoir rappelé que le Haut commissariat aux Anciens Résistants et Anciens Membres de l’Armée de libération a ouvert un important chantier en encourageant les étudiants universitaires à consacrer des thèses et mémoires à l’histoire des résistances et du mouvement de libération, M. Lahjamri a insisté sur la nécessité de donner aux générations montantes l’image réelle de la lutte victorieuse des résistances et du mouvement de libération nationale.

Dans le même contexte, Mustapha El-Ktiri, Haut commissaire aux Anciens Résistants et Membres de l’Armée de libération, a indiqué que le fait de plancher sur l’histoire de la résistance et du Mouvement de libération nationale est une ‘’chose positive’’.

Le Haut commissariat œuvre, dans ce sens, à travers la collecte de documents de valeur et une série de publications, outre la construction de lieux pour préserver la mémoire, dont le nombre a atteint jusqu’à présent 86 espaces au niveau national, a-t-il ajouté.

Tout en évoquant le lien entre histoire et mémoire, M. El Ktiri a indiqué que les travaux de cette rencontre seront marqués par la présentation de recherches et de témoignages d’historiens, d’universitaires, de résistants et d’autres personnalités en provenance de différentes régions du royaume.

Pour sa part, Mohamed Kettani, secrétaire perpétuel adjoint de l’Académie du royaume du Maroc a rappelé la victoire remportée par la résistance et le peuple marocain, suite au retour d’exil de Feu Sa Majesté Mohammed V, marquant ainsi la fin du protectorat et le recouvrement de l’indépendance.

Il a, à cet égard, plaidé pour l’enrichissement et la préservation de la mémoire nationale afin de poursuivre le chemin tracé par SM le Roi Mohammed VI et rester fidèle aux valeurs immortelles des ancêtres.

Au menu de cette rencontre figure une série de thématiques portant notamment sur l’histoire de la résistance, la lutte pour l’indépendance et les témoignages des résistants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up