La diversité des domaines de coopération traduit l’excellence des relations entre Ouagadougou et Rabat (Président du Parlement burkinabè)

Ouagadougou – Le président de l’Assemblée nationale (Parlement) burkinabè, Alassane Bala Sakandé, a affirmé que la diversité des domaines de coopération entre Ouagadougou et Rabat traduit l’excellence des relations entre le Burkina Faso et le Royaume du Maroc.

“Ces relations de coopération, empreintes d’amitié et de solidarité, ont vu, au-delà de la diplomatie, la création de cadres formels pour renforcer davantage les relations entre le Burkina Faso et le Maroc”, a souligné M. Bala Sakandé, dans une allocution, dont lecture a été donnée par le président du Groupe d’amitié parlementaire Burkina-Maroc, Maxime Koné.

Dans son allocution, prononcée lors de la cérémonie d’ouverture, jeudi soir à Ouagadougou, de la 2è Journée de l’amitié parlementaire Burkina-Maroc, tenue sous le thème “Cadre général de la coopération Burkina-Maroc: quelles opportunités pour les deux peuples ?”, le président du Parlement burkinabè a, en outre, cité des exemples étayant la consolidation des relations entre les deux pays, notamment la création de l’Association des amis de SM le Roi Mohammed VI au Burkina Faso, l’Amicale des anciens étudiants burkinabè du Maroc et le Groupe d’amitié parlementaire Burkina-Maroc.

“Je peux vous affirmer que le choix du thème est pertinent et vient à point nommé, car il s’agira, sans doute, de revisiter l’état de coopération entre les deux pays. Dans notre monde en perpétuelle mutation, caractérisé par un déséquilibre dans la coopération entre les pays du Nord et ceux du Sud, réfléchir sur un tel thème permettra, sans conteste, de dégager des perspectives d’un partenariat Sud-Sud plus dynamique et fructueux pour la prospérité des deux peuples”, a-t-il dit.

D’autre part, M. Bala Sakandé a fait savoir que les relations entre les deux Institutions législatives portent sur plusieurs domaines, dont la création d’une Commission mixte de coopération et la mise en place d’un cadre juridique, notamment des accords, des conventions et des mémorandums, outre l’établissement des relations de coopération parlementaire.

Il a également fait état de la création des conditions propices pour la coopération dans les domaines économique et commercial, d’une part et culturel et technique de l’autre, ainsi que le développement de la coopération sectorielle.

Le président de l’Assemblée nationale burkinabè a, dans ce sens, souligné l’importance et la place que doit jouer le Groupe d’amitié parlementaire dans le renforcement de la coopération dans le but de l’édification de Nations prospères au profit des deux pays, le Burkina et le Maroc.

Selon M. Bala Sakandè, ce Groupe d’amitié constitue un puissant vecteur d’échange et de partage d’expériences, non seulement en termes de pratiques dans le domaine parlementaire, mais aussi dans le développement des relations d’affaires, rappelant que le Burkina Faso et le Maroc entretiennent des relations diplomatiques depuis octobre 1965.

Les travaux de cette Conférence se sont déroulés au siège de l’Assemblée nationale burkinabè en présence de plusieurs députés et des membres de la représentation diplomatique du Maroc à Ouagadougou, à leur tête l’ambassadeur du Royaume au Burkina Faso, Farhat Bouazza.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *