Les villes africaines se mobilisent en faveur des enfants des rues

Marrakech – Les villes africaines se sont mobilisées en faveur des enfants de la rue en signant, samedi en marge du 8-ème Sommet Africités de Marrakech, des conventions pour éradiquer le phénomène.

Les villes se sont volontairement portées pour cette campagne panafricaine «Pour des villes africaines sans enfants en situations de rue» officiellement lancée par SAR la Princesse Lalla Meryem, présidente de l’Observatoire National des Droits de l’Enfant (ONDE), a déclaré à la MAP Jean-Pierre Elong Mbassi, Secrétaire Général de Cités et Gouvernement Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique).

Ce phénomène est devenu inquiétant avec, de plus en plus, d’enfants vivant dans les rues et qui sont, par conséquent, exposés à tous les dangers, a-t-il ajouté, sonnant l’alarme pour sensibiliser le public sur ses répercussions.

‘’Tous les acteurs, le secteur privé, la société civile et les Administrations en charge de l’enfance à l’instar de l’UNICEF seront ciblés par cette mobilisation afin que ce phénomène, dont les effets sont dévastateurs dans d’autres régions, ne prospère pas’’, a fait savoir le secrétaire général de la CGLU.

L’engagement des villes africaines à travers la signature de ces conventions ne devra nullement rester «lettre morte» mais constituera le point de départ d’une action vigoureuse pour résorber ce problème qui «fait honte avec des enfants n’ayant aucune perspective», a souligné M. Mbassi.

Cet engagement doit être effectif et matérialisé par des actions concrètes en vue de retirer les enfants de la rue, pour qu’ils ne restent pas des laissés pour compte de la société et leur offrir ainsi une autre chance pour une vie meilleure.

Cette action ne peut être assurée que par le truchement d’une mobilisation globale de tous les conseils municipaux en faveur de stratégies intégrées de protection des droits des enfants et par leur engagement durable pour la réussite de cette campagne, a plaidé le secrétaire général, appelant, à cette fin, les conseils municipaux, les élus et les acteurs de la société civile à «adopter» ces enfants et à donner, ainsi, l’exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up