Meurtre d’Imlil: la mère de l’une des victimes réclame la peine de mort

La mère de Louisa, l’une des deux jeunes Scandinaves décapitées fin 2018 au Maroc au nom du groupe Etat islamique (EI), a appelé jeudi les juges marocains à condamner les accusés ayant reconnu le crime à la peine de mort.

« Le plus juste serait de donner à ces bêtes la peine de mort qu’ils méritent, je vous le demande« , a déclaré Helle Petersen dans une lettre lue par son avocat devant le tribunal antiterroriste de Salé, près de Rabat.

Louisa Vesterager Jespersen, une étudiante danoise de 24 ans, et son amie Maren Ueland, une Norvégienne de 28 ans, ont été tuées alors qu’elles campaient sur un site isolé dans le Haut-Atlas, une région montagneuse du sud du Maroc prisée des randonneurs.

Un groupe de 24 hommes soupçonnés d’être liés à ces meurtres et/ou d’appartenir à une cellule jihadiste est jugé depuis le 2 mai devant la chambre criminelle de la cour d’appel de Salé, compétente en première instance pour les affaires terroristes.

De nombreux journalistes ont afflué pour ce qui pourrait être la dernière audience de ce procès, le verdict pouvant selon certains avocats être prononcé ce jeudi.

« Ma vie a été détruite au moment où deux policiers sont venus à ma porte le 17 décembre pour m’annoncer la mort de ma fille (….) je ne sais pas à quel point elle a souffert« , a déploré la mère de Louisa dans son message lu dans un silence total, en présence des accusés aux visages impassibles.

Le 27 juin, le procureur avait requis la peine de mort pour les trois suspects principaux, en invoquant la loi du talion contre les « monstres sanguinaires » qui ont détaillé devant le tribunal leur rôle dans la tuerie et leur fidélité à l’EI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll Up