Une trentaine d’amendements adoptée Chambre des conseillers : La première partie du PLF 2019 franchit le cap de la commission des finances

Les membres de la commission des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers ont procédé, dimanche, à l’adoption de la première partie du PLF 2019. Ils y ont introduit quelque 31 amendements.

Le projet de la loi de Finances 2019 vient de franchir un nouveau cap au niveau de la chambre des conseillers. En effet, la Commission des finances, de la planification et du développement économique à la Chambre des conseillers a adopté à la majorité, dimanche soir, la première partie du projet après y avoir apporté une série d’amendements.
Prévoyant un taux de croissance économique de 3,2%, de contenir l’inflation à moins de 2% et de préserver la stabilité financière en limitant le déficit à 3,3%, le PLF 2019 a connu l’introduction de quelque 31 amendements proposés par les groupes parlementaires. Durant plus de 12 heures, les membres de la commission ont engagé le débat autour des différentes propositions d’amendement, qui étaient au nombre de 219, selon le président de la commission en question, l’isitqlalien Rahhal Mekkaoui.
Sur la liste des amendements acceptés, on trouve notamment celui relatif à l’adoption d’un système progressif, selon la quantité de sucre contenue dans les boissons gazeuses et non gazeuses, dans l’application des taxes sur ces produits. Les parlementaires ont également adopté un amendement relatif au dédouanement des voitures touristiques et utilitaires acquises avant le 1er janvier 2014. Dans ce sens, les membres de la commission ont opté pour un délai de 5 ans pour que cette procédure soit effectuée par les personnes qui résident à l’étranger.
Prenant part à cette réunion, le ministre de l’Économie et des finances, Mohamed Benchaaboun, a affirmé l’engagement du gouvernement à améliorer les délais pour ce qui est des engagements financiers de certains établissements et entreprises relevant de l’État, particulièrement ceux confrontés à des difficultés financières, réitérant la détermination de l’Exécutif à aller de l’avant dans ce sens.
Pour rappel, le gouvernement présidé par Saâd Eddine El Othmani s’attend, dans le cadre du PLF 2019, à une récolte céréalière de 70 millions de quintaux et à un prix moyen de gaz butane de 560 dollars/tonne, avec des charges estimées à près de 443 milliards de DH, des dépenses de fonctionnement à plus de 204 milliards de DH et des dépenses d’investissement de 195 milliards de DH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *